Tutoriel – Portrait animalier (Poils)


On me demande souvent comment je fais pour peindre mes animaux et je ne sais que répondre, parce que la technique que j’utilise est à la fois simple et compliquée. Je pense qu’il n’existe que la pratique intensive et une bonne maîtrise de son logiciel et de sa tablette pour y parvenir.

Je ne prétendrai pas que ma technique est la meilleure, que c’est celle qu’il faut absolument maîtriser… Chacun trouve son style de peinture en testant diverses méthodes, ma méthode est à la fois simple et compliquée, mais elle est efficace pour ce que je veux rendre. Je n’essaie pas de rendre une réalité, j’aime interpréter ce que je vois.

Ce qui vaut pour un portrait de chien, vaut pour n’importe quel portrait animalier à poils. Pour l’exemple ci-dessous, j’ai comme référence une (vraie) photo de mon chien Billy. Et pour rendre au mieux les poils, nul besoin d’un pinceau particulier dédié à la fonction.

painting-animal-poils-02

Voic les 4 notions essentielles à maîtriser pour peindre un animal à poils. Cette technique est personnelle et non académique.

Le croquis

Le croquis définit la forme et le sens du poil.

Vous pouvez décalquer si vous ne vous sentez pas à l’aise, mais si vous avez un bon coup de crayon, il est plus «honorifique» de reproduire à main levée et pourquoi pas d’interpréter le sujet à votre manière. Pour l’exemple, je voulais un portrait ressemblant et non interprété de mon Billy.

Connaissant parfaitement mon chien et ayant quand même un minimum d’aisance de trait avec mon stylet et une certaine facilité à reproduire ce que je vois, j’ai tracé le croquis à main levée.

Ne cherchez pas les détails, vous vous y perdriez en fin de compte, posez seulement les traits essentiels qui vous permettront de vous repérer par la suite.

img 2016-02-07 à 13.58.26

Le prélèvement et l’application grossière des couleurs

Il faut faire attention aux rendus de lumières et d’ombres, vous pouvez travailler avec les valeurs si vous êtes plus à l’aise avec les nuances de gris, mais ce n’est pas le sujet dans ce tutoriel. Ici nous travaillons directement avec les couleurs parce que c’est ma technique, je ne travaille jamais en nuances de gris.

C’est une des étapes les plus importantes parce que c’est le premier jet qui va définir le rendu final. Cela consiste donc à déposer les couleurs assez grossièrement tout en rendant les ombres et les lumières.

Si vous avez une image de référence le travail est assez simple, il vous suffit de prélever (par Alt + clic sur la source) les couleurs principales sur la référence et même créer un nuancier en déposant sur un calque les différentes couleurs prélevées et qui vous servirons pour vos aplats.

img 2016-02-07 à 15.19.14

Si vous n’avez pas de référence, alors il vous faudra posséder des notions essentielles concernant la gestion des ombres portées, captées et propres.

Pensez aussi à varier les teintes, parce que l’environnement à un impact sur la couleur des poils. Si votre animal est noir, pensez nuances de gris, blanc, brun, vert, bleu… Bref, pensez que la couleur d’un pelage n’est jamais unie.

Travaillez sur un nouveau calque, le croquis n’étant qu’un repère qui disparaîtra à la fin, il est préférable de ne pas travailler les couleurs directement sur celui-ci.

Pour poser mes couleurs et le volume (ombres et lumières), j’utilise Dense watercolor (Aquarelle dense) configuré comme ci-dessous.

img 2016-02-07 à 10.47.15

img 2016-02-07 à 14.02.49

Le mélange des couleurs

Il existe plusieurs techniques pour mélanger la peinture avec CSPP. De nombreux pinceaux de style Blend (Mélange) peuvent être utilisés. Pour ma part, j’utilise un seul et unique pinceau > Dense watercolor (Aquarelle dense), que je modifie en fonction de mes besoins.

Pour les mélanges doux j’utilise cette configuration :

img 2016-02-07 à 10.48.34

Pour les mélanges plus marqués, je préfère cette configuration :

img 2016-02-07 à 10.50.42

Mais là encore, c’est un apprentissage de tous les instants. Ce pinceau ne fait pas de miracle si on ne prend pas la peine d’apprendre à le maîtriser.

Il faut donc utiliser cet outil en alternant les mélanges doux et plus marqués. Doux pour créer le sous-poils et plus marqués pour les poils de surface. N’hésitez pas régulièrement à ajouter de la peinture en modifiant le paramètre Amount of paint (Quantité de peinture).

img 2016-02-07 à 14.13.41

La finition et les détails

La finition et les détails se font avec une configuration comme pour les applats de couleurs mais en activant les paramètres Starting and ending (Commencer et terminer) afin d’avoir un effet effilé.

img 2016-02-07 à 10.54.40

Il faut surtout faire attention à bien suivre le sens du poil, avoir des gestes souples et précis à la fois. C’est l’étape qui permet de donner un peu de vie, de douceur et de mouvement aux poils.

Encore une fois, c’est une étape importante qui demande qu’on y consacre du temps. Repensez aussi aux multiples nuances de couleurs dans les poils.

Pour les yeux, pensez à travailler les reflets de l’iris qui donneront vie au regard, surtout chez un animal aux yeux sombres.

Sur la capture suivante, mon Billy demande encore un certain travail de finition, mais il donne déjà une bonne idée du travail réalisé. J’ai volontairement allongé et assoupli ses poils par rapport à l’image de référence, parce qu’aujourd’hui, le Billy est une vraie peluche avec des poils longs et souples.

img 2016-02-07 à 14.53.06

Je peux difficilement détailler davantage le procédé, c’est surtout avec l’apprentissage que vous apprendrez à comprendre le fonctionnement de vos pinceaux, l’influence de votre style sur le trait…

Que vous dire de plus ? Un bon modèle, une bonne observation, et surtout beaucoup de pratique. Si vous avez de la patience et de la persévérance, vous devriez petit à petit arriver à un résultat probant. Je ne vous dirai pas que vous y arriverez dès votre premier jet, mais vous y arriverez !


Tutoriel créé et rédigé avec Clip Studio Paint Pro – HélèneM ©2016 – All rights reserved


1 commentaire sur “Tutoriel – Portrait animalier (Poils)

Soyez pas timide...